MICROSOFT INVENTE DES LUNETTES HOLOGRAPHIQUES A RÉALITÉ AUGMENTÉE

Juste après l’annonce de Google sur la suspension de la commercialisation des Google Glass (en attendant de nouvelles versions), Microsoft a profité du lancement de Windows 10 pour présenter HoloLens, ses nouvelles lunettes holographiques à réalité augmentée, qui reposent sur cette dernière mouture du célèbre système d’exploitation.

Le masque HoloLens projette en haute définition et en réalité augmentée, des hologrammes sur l’environnement réel. A la différence des dispositifs de réalité virtuelle type Oculus VR, dans lesquels l’utilisateur est totalement immergé dans un monde virtuel, HoloLens se comporte comme un écran qui affiche des objets virtuels mais à travers lequel l’utilisateur continue de voir le monde réel.

HoloLens-Microsoft-Actinnovation-5-600x272

Les éléments virtuels se superposent et s’intègrent aux espaces physiques bien réels vus par l’utilisateur. Enfin, ce dernier contrôle naturellement tout ceci par de simples gestes des mains.

Avec HoloLens, Microsoft souhaite améliorer la façon dont nous interagissons avec le virtuel pour nous rendre plus efficace au quotidien.

HoloLens-Microsoft-Actinnovation-4-600x399                             HoloLens-Microsoft-Actinnovation-3-600x399

Ces lunettes nous permettent par d’apprendre ou de s’amuser de manière interactive, de communiquer d’une nouvelle façon, de visualiser directement le travail réalisé sur un ordinateur ou encore de partager nos idées en mode collaboratif. Le monde virtuel prend vie sous nos yeux dans notre environnement réel.

HoloLens-Microsoft-Actinnovation-4-600x399 HoloLens-Microsoft-Actinnovation-2-600x399

Dans le cadre d’un travail de conception en trois dimensions, le masque HoloLens permet d’ancrer des hologrammes virtuels sur des objets physiques pour pouvoir évaluer immédiatement la taille et l’échelle en temps réel. Cette technologie permet également de gagner du temps et de prendre les bonnes décision en visualisant un modèle 3D sous tous les angles.

HoloLens-Microsoft-Actinnovation-6-600x405

Les lunettes HoloLens permettront également d’explorer en détail des lieux dans lesquels nous ne sommes pas physiquement, à l’instar des scientifiques de la NASA qui exploreront bientôt Mars en utilisant des hologrammes issus des images du Rover.

Source : actinnovation

Publicités

Le futur contraceptif à télécommande financé par Bill Gates

Un contraceptif fonctionnant à partir d’un implant sous-cutané pilotable par télécommande, mis au point par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), réalisé par la start-up MicroCHIPS et financé par la Bill & Melinda Gates Foundation, pourrait être commercialisé dès 2018.

Ainsi le MIT annonçait-il fièrement la nouvelle le 4 juillet dernier sur le site de sa Technology Review :

« La recherche d’un contraceptif parfait dure depuis des millénaires [sic]. Un nouveau candidat est maintenant à l’horizon : un implant sans fil qui peut être activé et désactivé avec une télécommande et qui est conçu pour durer jusqu’à 16 ans. […] Les essais précliniques commenceront l’année prochaine aux États-Unis. L’objectif étant une mise sur le marché en 2018 […]. Le dispositif mesure 20 x 20 x 7 mm, et est conçu pour être implanté sous la peau des fesses, les bras, ou de l’abdomen. Il distribue 30 microgrammes par jour de lévonorgestrel [ …]. L’idée de l’appareil est née il y a deux ans lors d’une visite de Bill Gates et de ses collègues au MIT dans le laboratoire de Robert Langer. Gates et ses collègues ont demandé à Langer s’il était possible de créer un contrôle des naissances qu’une femme pourrait allumer et éteindre et utiliser pendant de nombreuses années. »

RTEmagicC_microships2

Principe de l’implant contraceptif. La puce de 20 x 20 x 7 mm contient des microréservoirs emplis avec le produit actif, en l’occurrence du lévonorgestrel. Les ouvertures sont scellées par une membrane faite de titane et de platine qui réagit à une stimulation électrique pour libérer la substance selon le rythme préprogrammé. Le contrôle se fait par une liaison sans fil à l’aide d’une télécommande pour activer ou désactiver l’implant.