Watson, l’ordinateur qui invente de nouvelles recettes de cuisine

Les ordinateurs pouvaient déjà composer des morceaux de musique. Voilà qu’ils inventent maintenant des recettes de cuisine ! Le géant de l’informatique IBM lorgnait depuis quelques temps sur les fourneaux de cuisine. Il utilise actuellement Watson pour composer des plats et des menus jamais encore réalisés. À ceci près que seuls les ingrédients sont proposés. L’ordinateur n’indique ni les proportions ni les instructions pour réussir le plat. Ce qui laisse de la créativité pour les cuisiniers de tout poil.

Avec un zeste de formules arithmétiques et une grosse pincée de données, le superordinateur Watson d’IBM, allié au magazine Bon Appétit, est devenu lundi un chef mitonnant des menus gastronomiques. Une nouvelle application, Chef Watson avec Bon Apétit, a l’ambition d’aider les amateurs de cuisine « à se servir des capacités cognitives avancées de Watson pour créer des nouvelles recettes et des combinaisons gastronomiques jamais inventées », a annoncé IBM.

Les fourneaux sont le nouveau territoire à conquérir de Watson, déjà utilisé notamment dans la lutte contre le cancer et qui a même joué, et gagné, au jeu télévisé Jeopardy. La nouvelle application, encore au stade des essais, fait partie du programme Chef Watson, lancé cette année par IBM avec l’école de cuisine Institute of Culinary Education de New York.RTEmagicC_Cuistot-cuisine_LouisDavid-Flickr_CC_by_nd_2.0

Watson facilite l’invention des recettes de cuisine

Selon Mike Rhodin, vice-président senior du IBM Watson Group, « ces systèmes peuvent comprendre d’énormes quantités de données, de combinaisons et de formules, et aussi apprendre à partir des échanges entre les gens de façon très intuitive », explique-t-il dans un communiqué.

Le magazine Bon Appétit a testé quelques recettes mitonnées par l’ordinateur: une salade de chou au tamarin avec oignons frits, des travers de porc au fenouil avec sauce barbecue pomme-moutarde, et une salade maïs grillé-nectarine parfumée au chili, coriandre, basilic et cumin.

Pour les becs sucrés, Watson propose un crumble avec zeste de citron, une crème aigre et marjolaine qui, selon le magazine, a été particulièrement appréciée par ceux qui l’ont testée. « À Bon Appétit, nous avions envie de savoir ce que Watson pouvait découvrir, comment il pouvait aider à libérer la créativité d’un chef », a indiqué son rédacteur en chef Adam Rapoport.

Source : Futura-Sciences

Publicités

Réagir à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s